Qui a dit que la curiosité était un vilain défaut ? Cela dépend peut être des circonstances, mais en science la curiosité est plutôt une qualité idéale pour apercevoir les jaillissements de la nature et ses curiosités... Ca ne paye pas toujours mais parfois on observe des détails amusants.

A coté de l'amas globulaire d'Hercule, M13, il y a une petite galaxie nommée NGC 6207. En photo son noyau est assez brillant par rapport au reste de la galaxie et sur les spectres disponibles sur le site de la Nasa, on voit de belles raies d'émission. Tout cela m'a fait penser à une galaxie de Seyfert... Galaxies actives qui m'intéressent et dont je souhaite faire le spectre pour mesurer les redshifts, les vitesses de rotations des vents de matière autour du trou noir avec leurs raies d'émission.

Sur cette belle galaxie, rien ne se passa comme prévu ! Sur l'image de guidage (voir ci-dessous) elle apparait faible mais bien brillante au centre. Celui-ci peut se mettre facilement dans la fente du spectrographe pour laisser aller les photons sur les Grism.

ngc6207_annotee

Alors que je pensais avoir un spectre classique de galaxie de Seyfert ; c'est à dire un continuum assez faible parsemé de traces brillantes aux endroits des raies d'émission (Ha, [OIII], [NII], ...) c'est l'inverse qui est ressorti, le continuum est très intense et les traces des raies d'émission bien plus faibles !

Le détail n'est pas simple à comprendre, les spectres de vielles galaxies ont souvent un continuum stellaire car leur noyau ou bulbe est composé d'étoiles vielles, type G, K, Ce sont alors la signature des milliards d'étoiles qui apparait. Ici à première vue on peut penser que le noyau actif imprime sa marque et et de part et d'autre on aperçoit des raies d'émission surtout vers Ha.

Voici une capture de spectre avec le logiciel ISIS. Le spectre étoile + galaxie et au milieu. Le grand rectangle est dû à la largeur de la fente du spectrographe qui laisse passer la lumière du ciel + pollution lumineuse. Les raies verticales sont dues justement à la pollution lumineuse et quelques raies du ciel comme l'airglow.

isis_brut

En inspectant cette fois, le spectre 2 D traité et calibré, puis en jouant sur les contrastes c'est alors que j'ai eu la confirmation de ma déduction... c'est bien le spectre d'une étoile qui apparait au cœur de la galaxie ! En jouant sur les contrastes on aperçoit les absorptions de la série de Balmer  !!! Avec les raies H & K du CaII à gauche. A que c'est amusant la nature !!!

etoile_centrale_annote

c'est donc une étoile qui se trouve sur la ligne de visée du pile au centre de la galaxie !

Voici la galaxie et la coupable en gros plan.

ngc6207

 

Et de part et d'autre du continuum stellaire une fois traité et calibré apparait les raies d'émission de la galaxie :

galaxie_2D_annote

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Voici les graphiques 1D après traitement du spectre et calibration voilà ce qui en ressort :

 

Le spectre de la zone centrale : On reconnait de suite l'allure d'une étoile moyennement chaude et parsemée de raies de Balmer, le doublé du Sodium (blend D1 et D2), avec à gauche les raies H & K du CaII -> donc une étoile de transition entre F précoce ou tardif.

etoile_20210604_921_EBE

 

Avec la bibliothèque de Visualspec un spectre d'étoile F tardif se superpose plutôt bien, c'est plus précisément un spectre d'étoile F8I, sans aucun décalage dû au redshift, en correspondance à ce que l'on trouve dans la littérature.

etoile_comparaison

 

 

Puis quand on traite les zones de part et d'autres du continuum central, on trouve un joli spectre de galaxie, avec faible continuum et avec les raies d'émission, spectre typique de galaxie active avec toutes les raies décalées vers le rouge.

ngc6702__20210604_921_EBE

 

Voici les mesures : 

Hb = 4875.7 A - repos = 4861.33 A - z = 0.002956

[OIII] = 5022.4 A - repos = 5006.85 A - z = 0.003106

Ha = 6583 A - repos = 6562.801 A - z = 0.003078

[NII] = 6599.6 A - repos = 6583.39 A - z = 0.0024622

z moyen = 0.0029

 

Soit une vitesse de récession de 869.4 km/s, vitesse héliocentrique au 4/06 = 3.61km/s soit v = 865.8 km/s

Distance : V/Ho = 12.36Mpc soit 40 millions d'AL.

 

Marcel, un ami du club d'astronomie de Royan me dit que l'on peut trouver la probabilité pour que l'étoile tombe pile sur le centre de la galaxie : Sachant que l'on a 12 étoiles de magnitude équivalent sur 8' au carré. Chaque étoile occupe 0.1' au carré on trouve don une probabilité de 12/(80^2) = 2/1000, soit t d'une chance sur 533 ! J'ai eu un peu de bol avec NGC 6207 !

 

On peut retrouver l'article scientifique sur l'observation de cette étoile dans NGC 6207 ici :

http://articles.adsabs.harvard.edu/pdf/1974ApJ...188....1W